Les Critiques

Retour index : Le Fablier de Val


Et oui, votre Fabuliste et serviteur a décidé de rapporter les premières critiques du Fablier de Val !
L’objectivité existe-t-elle ? En tout cas, je rapporterai les critiques constructives ou me touchant… Je n’éluderai pas celles mordantes si elles sont pertinentes, éviterai celles subjectives parfois de l’entourage, écarterai celles de ceux n’ayant lu l’ouvrage…
Ce n’est là rien de mégalomaniaque, juste une envie de transparence pour un premier ouvrage avec ses faiblesses et naïvetés sans doute. Pour l’instant les critiques sont plutôt positives, n’y voyez pas l’intention d’éluder les plus négatives… elles viendront ! (A la vérité, toujours rien de déplaisant ! - Ah si une seule : voir mois de Juin)

(En pourpre les passages qui pour ma part m'ont le plus touché…)


  • Jouannic Brünhilde - Ma correctrice et auteur chez Max Milo entre-autre : (Janvier 2012)

Ton Fablier est très bien, belle plume, rien à dire.

  • Yves L. - Jean-Paul V. - Christian L. : (Février 2012)

Ouvrage superbe, original, iconoclaste, décapant, avec de la dérision et de l'autodérision

  • Julie et Jean-Michel : (Février 2012)

Voici nos impressions sur le Fablier de Val : Et bien pour tout résumer, nous l’avons dévoré. L'œuvre nous a servi de livre de chevet. Les Fables sont vraiment très bien écrites bien que quelquefois compliquées à appréhender…
Félicitations, en attendant les prochains écrits.

  • Hervé R. : (Mars 2012)

J'ai commencé la lecture du Fablier avec plaisir et au hasard (c'est l'avantage d'un recueil). Et l'objectif formulé dans le prologue est atteint car plusieurs Fables m'ont fait sourire ! Je ne vais pas toutes les citer mais j'ai beaucoup aimé par exemple L'œuf et l'éléphant. Et bravo pour La Fable miroir.

  • Perrine : (blog littéraire "La Guerre des Eléments") : Article intégral (Mars 2012)

Tout d'abord sachez que je ne suis pas particulièrement amatrice de Poésie et ici, c'est bien de poésie qu'il s'agit bien qu'elle soit tournée de façon à en tirer amusement et morale. J'ai, dès les premières fables, pu découvrir l'immense érudition de notre fabuliste qui, rassurez-vous, aide les moins calés avec un petit glossaire en fin de volume expliquant les mots difficiles de chaque fable. Une érudition qui va de la biologie et la mythologie avec une nette préférence, je le constate au cours de pages, pour la mythologie germano-scandinave, de Thor à Iduun. Il y a ici des fables pour tous les goûts, des grinçantes (ex :"La plus populaire des Fables" ou "Chat des villes, chat des campagnes", des émouvantes (ex: "Le monstre et L'Infante" sur les enfants violés et tués) et des marrantes comme "La Mouffette et le chat sauvage" à la lecture de laquelle, j'ai éclaté de rire et d'autres, nombreuse qui m'ont fait rire ou sourire. Les morales m'ont fait beaucoup réfléchir sur le monde et notamment et ce fut le cas de "La Critique et le Tâcheron" m'ont fait m'interroger sur mon métier d'auteur. Dans toutes ses Fables, notre auteur rend hommage aux grands fabliers de tous temps et lance quelques piques bien senties au bon vieux Jean (de la Fontaine) qui était loin d'être le précurseur en la matière et qui est pourtant le plus connu et c'est là que le bât blesse notre Val !

Bref, ce fut un coup de coeur et une agréable découverte que ce Fablier de Val qui m'a fait beaucoup rire et passer un extrêmement agréable moment de lecture sortant de mes habituels romans.

  • Pierre C. (Fabuliste) : (Mars 2012)

Je prends le temps de lire les fables. Elles sont intelligentes et bien écrites. Elles témoignent d'un goût sûr et d'un grand amour de l'écriture. Bravo je t'encourage a en écrire bien d'autres.
Tes fables m'ont donné envie d'en écrire d'autres moi même.
Ajout : J'ai lu la totalité de tes fables et je dois avouer que je reste sur mes premières impressions : beaucoup d'idées, beaucoup d'aisance dans l'écriture : bravo !

  • Eric T. (critique partielle) : (Mars 2012)

En général les Fables que j’ai lu et autour de moi ont eu un bon écho, bien qu’elles demeurent complexes, notamment quand elles sont lues à haute voix.
Certaines sont travaillées, trop travaillées trop complexes. Certaines tournures tarabiscotées ne sont pas comprises par l'audience. Je pense qu'il s'agit d'un défaut de jeunesse à vrai dire, défaut pas vraiment évitable.
Sur le général, cela reste cependant impressionnant, avec énormément d'imagination et d'astuces, beaucoup de travail sur la langue, que ce soit par les jeux de mots, le vocabulaire ou la formulation. Tout y est en quelques sortes mais il manque l'expérience de l'âge qui lisse, rend les gestes automatiques et fluides, comme une tradition ancestrale, c'est pourquoi j’appelle cela défaut de jeunesse.
Il reste qu'il s'agit d'un excellent recueil et que je serai bien incapable d'en faire autant, que du coup je pense que toute critique est futile.

  • Ricardo (Critique d'un lecteur sur le site de vente Chapitre.com - Titre de la critique : Fabuleux - Note : 8/10 - 4 étoiles sur 5) (Mars 2012)

Si vous voulez redécouvrir le genre, plongez vous dans ce recueil intéressant et surprenant. Les textes sont marqués par des sujets originaux qui suscitent rire et parfois réflexion. Bien que par fois alambiquées, ces fables n'empêchent pas de passer un agréable moment de lecture, pris par tous les bouts, milieu, début ou fin, au gré des pages.

  • Thomas G. (critique partielle) : (Mars 2012)

Après avoir lu les premières critiques je suis assez de l'avis de tous, mais globalement d'accord avec Eric T. et Ricardo :
Je trouve que quelques tournures de phrases semble un peu pesantes et ralentissent la fluidité du texte ; mais le temps et l’expérience remédieront, j'en suis sûr, à ce détail. Je confirme le bonheur et la joie de partager ta culture et tes références dans une symphonie de beau et bon français. c'est jubilatoire et enrichissant !
Malgré tout le sourire est régulièrement au rendez-vous, et parfois même l'éclat de rire!! (si,si! juré!) Pari réussi, mon cher Val!!!
Au final, donc, l'impression globale est un bon moment de plaisir chaque fois que j'ouvre ton oeuvre.
Ton titre de fabuliste est grandement mérité !!!

04 Avril 2012 : Reprise de la critique de Perrine sur le Blog d'Edkiro
  • Sternefars (Commentaire sur Amazon 4 étoiles sur 5) d'un ami Fabulaire exigeant sous couvert de pseudonyme ! : (Avril 2012)

Enfin, revoilà des fables! Tout en respectant une certaine tradition, l'auteur impose sa patte originale, et des thèmes souvent fantaisistes, marqués par une fraîcheur de troubadour moderne. S'il ne s'embarrasse guère de la syntaxe, ce qui n'est pas la moindre de ses libertés, il tient le fil de ses récits, mêlés des fameux animaux et de quelques hétéroclites personnages et objets…L'ensemble se lit sans ennui, sans esprit de sérieux moralisateur, à la façon, mais côté fables, des poèmes d'Aloysius Bertrand. A la manière d'un Callot moderne, il grave sur le papier des scènes loufoques et manie le paradoxe des situations.
Si vous aviez besoin de légèreté et de fantaisie passagère, lisez ce recueil, il vous fera passer la morosité.

  • Christine T-M - critique partielle en attendant une future rencontre pour ITW - : (Avril 2012)

Lecture fluide et très agréable. J'avais une autre idée des fables ! Je me suis, véritablement, régalée.

  • Alain L. : (Mai 2012)

J'ai trouvé ton recueil super. Je le passe à des amis… A quand le prochain ?

  • Elisabeth C. - Chronique et critique à retrouver sur le Site Gahila : (Mai 2012)

Je remercie les agents littéraires de m’avoir confié ce fablier au riche vocable.
Passons à présent au Fablier.
Des rimes, des rixes, qu’elles se déroulent entre animaux, éléments naturels, objets ou simplement la petite histoire… tout y passe.
La devise est (presque) toujours de mise à la fin des textes. Je dis presque parce que « le monstre et l’infante » par exemple, ne comporte pas de morale, ses vers se suffisent à eux-mêmes.

Extraits d’adages :

[Le jeune bédoin et l’égaré : « Le monde est parfois mal fait,
Ceux ayant trop n’y trouvant bonheur
Quand d’autres ayant peu en connaissent la valeur…
»
Ou bien dans L’alexandrin et le Fablier : « Il est souvent « grand » auteur
Se félicitant en leur hémicycle d’en être l’élite
Quand le Fabuliste tient pour mérite
D’être lu du plus simple des cœurs.
»]

Pour les fables, je vous laisse découvrir. À la fin de l’ouvrage, une partie « annotations » est proposée au lecteur avec définitions de termes rarement employés dans le langage courant, comme Autan, Fimbulvetr…
L’auteur nous livre aussi quelques cours sur les légendes, les œuvres d’art, des explications sur la philosophie.
En conclusion, j’ai beaucoup aimé, ce fabuliste manie le mot comme un escrimeur, l’épée. De plus, ce fablier peut se lire en long, en large et en travers (et même par l’intermédiaire d’un miroir). On peut le laisser, le reprendre, l’ouvrir au hasard et se faire surprendre par l’histoire.

S’il fallait mettre une note (les Fabliers sont rares de nos jours) : 5/5

  • LUVIAN (Auteur) : (Juin 2012)

M. le Fabuliste,

Avec quelle joie j'avais reçu un paquet un jour d'autrefois, avec à l'intérieur un ensemble de feuillages où inscrites en lettres d'encre, je pouvais apercevoir des mots, des phrases et des lignes. Des lignes de direction voir de transmission où accroché par des mots clefs, des morales à chaque signet donnaient des couleurs qui ne peuvent que mener droit à ce que j'appellerais: l'arc-en-ciel de la vérité, ou dirais-je un essentiel. Car l'essentiel, victime d'un travestissement du superflu est abandonné sur la chaussée, bien souvent et bien malgré les vents qui murmurent pourtant à l'oreille des passants. Mais que voulez-vous, dans ce monde où la pollution est reine, comment s'étonner que les gens ne savent point écouter ? Il y a réponse à tout. Leurs oreilles sont bouchées. Comment les en blâmer… Mais de temps à autre, il peut arriver que l'on se prenne d'envie de hurler: mais qu'est-ce que c'est que ce gâchis ? C'est ainsi que votre personne entonne des fables, dans un espoir qui n'est peut-être pas si vain d'alerter quelqu'un, un homme, une dame, un passant, un mendiant, qu'importe ! Certaines choses ne devraient pas si aisément être oubliés et les fables sans aucun doute sont là pour nous le rappeler. C'est une manière comme une autre de dire aux apôtres de la grande transgression : tout est là. Ce n'est pas sorcier de vivre bien et en paix. Toute parole peut changer quelqu'un : j'ai l'espoir que les vôtres ne soient pas sans destin. Et un bon.

Veuillez agréer, Monsieur le Fabuliste, mes salutations distinguées,
Merci

  • Guy L.R. (Fabuliste…) : (Juin 2012) - Première critique davantage négative qu'élogieuse

Ce que je ressens à chaque lecture d'une nouvelle fable, c'est toujours la même impression de complexité dans l'expression, d'inversions systématiques contribuant à alourdir la lecture et à faire perdre le fil de l'histoire. Beaucoup d'imagination, d'érudition; des références aux mythologies qui, pour le non initié, peuvent dérouter et rendre amphigourique le texte. Cordialement.

  • Vladimir D. : (Juillet 2012) - Critique partielle -

En cours de lecture (45 Pages parcourues) : C'est mon livre de chevet et je préfère le lire à l'occasion, le temps de digérer toute la richesse des Fables, chapeau bas l'artiste !

  • Laurence B. : (Septembre 2012)

La Lecture fut un plaisir! Entre les fables au vocabulaire désuet et pleines d'ironie en passant par celles très contemporaines ; c'est un livre à picorer sans modération.

  • Alice A-M : (Septembre 2012) - Chronique à retrouver sur le Blog d'Alice

Un fablier plein de charme, que j'ai pris beaucoup de plaisir à "picorer", au gré de mes envies. L'auteur se place en digne héritier d'Esope et de la Fontaine. Un vocabulaire riche, un style élaboré, moderne, tout en demeurant dans la tradition pleine d'humour et de verve de ses maîtres… On sourit, on rit aux éclats, on acquiesce, parfois, on fronce les sourcils… A mettre entre toutes les mains !

  • Pierre S. : Fabuliste - (Octobre 2012)

Outre l'Apothicaire et le Souffreteux, ma Fable préférée parmi une dizaine d'autres, je dirai que la lecture n'a pas été sans heurt, parce que je considère ça comme un défaut de débuter chaque vers par une majuscule, il y a certainement là un trait culturel.
Mais pour le reste tu as tout du style et de la manière de La Fontaine et le tien par surplus. Tes Fables explorent, creusent, exposent, enseignent et font le tour d'un sujet pour en extraire la sève, je n'avais jamais vu la Fable sous cet aspect. Quand tu y vas, tu y vas, alors mille bravos, à chacun sa couleur.
Encore un peu plus de concision à l'avenir mais, Val le Fabuliste, sous ta plume inspirée et généreuse, la Fable est entre bonne main. Continue, le monde a besoin de tes vers…

  • Damien S. : (Novembre 2012)

Je ne suis pas déçu par le Fablier ! J'ai lu les Fables dans le désordre et le contrat est rempli : sourire à toutes les pages !

  • Catherine F. (critique partielle) : (Novembre 2012)

Des perles, Val, de véritables perles que tes Fables. Celle de la Rate et de la Bile m'a fait éclatée de rire (aie ma rate) dans la salle d'attente d'un médecin ce matin ! Tes mots sont succulents, tes rimes délicieuses et tes fins donnent faim. Tout cela me plait énormément donc je te l'écris évidemment ! Bravo, vraiment sincèrement BRAVO et continue.

  • Viviane C. : (Décembre 2012)

Des Fables modernes à l'inspiration païenne.
J'en ai apprécié plus qu'une… Mais e dois avouer que personnellement, celle du "Batracien et du Coquillage" m'a franchement fait rire.

  • Marianne V., organisatrice de la manifestation "Le Printemps des Poètes" après l'envoi de mes Fables et d'un exposé de présentation : (Mars 2013)

J'ai bien reçu votre exposé que j’ai imprimé, lu et relu et que j’ai fait lire autour de moi (lecteurs choisis). Nous avons tous été très intéressés et admiratifs de votre écriture et de la façon dont vous l’avez construit. Les fables que vous avez choisies plaisent beaucoup. Vous pourriez en prévoir d’autres qui, certainement, vous seront demandées.
J’espère que vous trouverez un éditeur pour vos autres fabliers. Votre talent et l’originalité de vos fables, qui émeuvent, font sourire, apportent au lecteur des connaissances qui se perdent (le rendant ainsi « intelligent ») avec un éventail pour tous les goûts, votre plume originale et savante (parfois un peu trop !), tout cela fait que vous devriez être édité.

  • Alain G (Fabuliste) - Critique partielle - Mars 2013

Je n'ai pas lu toutes tes Fables, mais je peux t'en dire deux mots, si tu permets, et d'une manière plus globale.
D'abord, tu abordes des thèmes que, pour la grande majorité, je n'ai vu abordé nulle part. C'est un point important pour moi. Ensuite j'y ai trouvé une grande recherche verbale, au niveau des mots employés aussi bien qu'une belle originalité des assemblages.Tu essaies en outre et c'est intéressant de donner du rythme à tes textes jusqu'à la morale finale.

  • Anne-Marie R. - Mai 2013

Je poursuis la découverte de vos fables en me délectant.

  • Sylvette C. - Juillet 2013 (critique partielle)

« J'aime… j'aime … j'aime… je suis en plein dans votre livre… c'est un vrai bijou… merci… »

  • Olivier N. - Octobre 2013

J'ai pris le temps de bien lire tes fables et j'ADORE! ! Très original et très très bien écrit. Je trouve aussi que tu gagnes en maturité et en maîtrise. En outre pour une foi on a à faire à quelqu’un qui n'écrit pas n'importe quoi pour avoir l'air inventif : tu es inventif !

  • Daniel A. - Octobre 2013 (critique partielle)

Je sais, bien sûr, le travail de concision dans les mots et de précision dans la pensée qu’il faut pour atteindre la qualité de vos fables. Je suis d’autant plus impressionné que, je crois, vous avez moins que la moitié de mon âge. Car il faut aussi du vécu pour écrire ainsi.
Pour l’heure, je n’ai lu qu’un tiers de Le fablier du Val. On ne doit pas lire ce genre comme on lit un roman. Il est indispensable de le faire lentement, voire de revenir sur le même texte pour l’apprécier.


Retour index : Le Fablier de Val

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License